Logo
INFORMATIONS SUR LA DÉMYTHIFICATION
TITRE : Toucher un œuf ou un oisillon entraîne l’abandon de celui-ci par ses parents.
CLASSIFICATION : Biologie/animale

ORIGINE : Ce mythe n’a pas d’origine connue ou étudiée par des chercheurs. Il s’est plutôt propagé grâce au bouche-à-oreille présent de génération en génération.(5) On suppose que cette fausse idée que les hommes se sont faite de l’abandon de certains oisillons est due à des observations sans fondements ni recherches. Effectivement, il se pourrait que certaines personnes ayant trouvé un nid d’oiseaux aient été curieuses, alors elles auraient pu manipuler les œufs ou même les oisillons. Par la suite, lors d’une autre visite ces mêmes personnes auraient constaté la disparition de la mère des oisillons les laissant seuls et sans ressources. C’est à ce moment qu’il y aurait pu avoir les premières suppositions quant à l’association de l’odeur humaine à la disparition des parents provoquant l’abandon de leurs petits. Ceci étant basé sur le fait que les oiseaux seraient capables de reconnaître l’odeur humaine et l’auraient alors l’associée à un certain danger.(1) Cette observation aurait été affirmée par plusieurs personnes lors de moments, d’endroits et d’espèces différentes propageant ainsi ce mythe et lui rattachant une certaine valeur qui après analyse n’a pas vraisemblablement lieu d’être.

MOTS CLÉS : Oisillon; abandon; odeur humaine

DESCRIPTION :
Qui n’a jamais entendu ses parents lui dire : « Attention ne t’approche pas du nid et surtout ne vas pas toucher les œufs de cet oiseau, sa mère pourrait l’abandonner. »? Cette croyance populaire très répandue portant sur le fait de toucher un œuf ou un oisillon tombé du nid ou même à l’intérieur de celui-ci est fausse. Ce n’est qu’un mythe scientifique non démythifié pour la plupart des gens.

DÉTAILS DE LA DÉMYTHIFICATION
Image 1:
Ce toucher dit dévastateur n’est en fait qu’un mythe, et ce, pour de simples raisons. Tout d’abord, cette croyance va à l’encontre de certaines connaissances en biologie et de l’instinct paternel des oiseaux.(4) Pourquoi devraient-ils en effet abandonner quelque chose sur laquelle ils ont investi autant d’énergie et de temps? Ils ont en effet dû couver leurs petits, les nourrir et les protéger, des actions qui leur demandent beaucoup d’énergie. Alors il est peu plausible de penser qu’ils abandonneraient si facilement le fruit de leur travail.

En général, on peut raisonnablement penser que la conduite instinctive des oiseaux obéit au principe du meilleur rapport coût/bénéfice,(4) relativement aux efforts nécessaires pour sauver ses oisillons d’un prédateur ou d’autres dangers. De façon naturelle, ils prendront plus souvent la décision de changer complètement les lieux de nidification et d’emporter leurs progénitures avec eux limitant ainsi les dangers ou bien abandonneront leurs bébés réalisant l’existence de dangers imminents trop grands.

En plus de leur instinct, un aspect qui ajoute un argument à notre démythification est celui qui concerne l’odorat très peu développé de la plupart des oiseaux. Ceux-ci ont en effet (et contre toute attente) un très mauvais sens de l’odorat. Il leur est alors difficile, voire impossible, d’identifier clairement l’odeur d’un humain et encore moins de dire si leurs œufs ou leurs oisillons ont été en contact avec elle. Il apparaît alors peu plausible que par le simple doigté d’un humain sur leurs progénitures, ils puissent identifier l’odeur dite dangereuse et abandonner par la suite leurs petits.

Un exemple flagrant qui contredit ce mythe renvoie aux nombreuses études qui sont faites sur les oiseaux, et durant lesquelles les scientifiques doivent baguer et identifier tous les nouveau-nés. Ils doivent alors s’approcher du nid et même toucher aux oisillons. Si l’odeur humaine était réellement un signe de danger pour ceux-ci, il serait alors impossible de mener à terme de telles recherches, car les nids seraient toujours abandonnés, ce qui n’est pas le cas. Le merle bleu est un exemple d’oiseaux que l’on identifie les nouveau-nés et les niches sans jamais avoir causé sa migration due à l’odeur humaine.(5) Bien que l’odeur des chercheurs n’a pas d’impact sur les recherches, ceux-ci prennent malgré tout les précautions nécessaires pour ne pas déranger l’habitat des oiseaux, les gants sont alors des outils de travail indispensables en plus de les protéger de certaines maladies ou bactéries.(4)

Si, comme argumenté plus haut, ce n’est pas l’odeur humaine qui cause l’abandon d’un oisillon, alors qu’elles peuvent être les causes éventuelles d’abandons? En effet, il arrive qu’un oisillon soit laissé à lui-même, mais ceci ne survient qu’en cas d’extrême nécessité et d’urgence puisqu’un tel comportement n’est pas naturel chez l’oiseau.

Parfois l’activité humaine près du nid attire d’autres prédateurs qui eux sont de réels dangers pour les oiseaux. Ils se doivent alors parfois de prendre de dures décisions pour leur propre sécurité.(1)

Finalement, l’oiseau n’abandonne pas ses petits en raison de la présence ou de l’odeur de l’humain. Il abandonne ses bébés dans des conditions extrêmes lorsque l’emplacement du nid est très fortement dérangé ou à risque de prédateurs qui eux peuvent être attirés par l’activité humaine.(1)
Image 2:

RÉFÉRENCES
1. Boyd, R. (2007, Juillet 26). Fact or Fiction?: Birds (and Other Critters) Abandon Their Young at the Slightest Human Touch. Récupéré sur Scientific American: http://www.scientificamerican.com/article/fact-or-fiction-birds-abandon-young-at-human-touch/

2. Commons, C. (2011, 12 06). Do Birds Really Abandon Their Chicks if Humans Touch Them? Récupéré sur livescience: http://www.livescience.com/33620-baby-bird-touch-mother-abandon.html

3. Martin, T. (2007, Juillet 26). Fact or Fiction?: Birds (and Other Critters) Abandon Their Young at the Slightest Human Touch. Récupéré sur scientificamerican: http://www.scientificamerican.com/article/fact-or-fiction-birds-abandon-young-at-human-touch/

4. Toucher un oisillon peut-il provoquer son abandon ? (2015, 01 01). Récupéré sur ornithomedia.com le web de l'ornithologie: http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/toucher-oisillon-peut-provoquer-son-abandon-00938.html

5. Toussaint, D. (s.d.). Mythes sur les oiseaux. Récupéré sur CLUB DES ORNITHOLOGUES: http://coo.ncf.ca/chroniques/mythes.php